• Accueil
  • > Demandeurs d'asile - sans papiers

Archive de la catégorie ‘Demandeurs d’asile – sans papiers’

19 mai Soirée aux 400 coups : Rencontre autour du film « No Comment » à Calais

Mercredi 6 mai 2009

Vous étiez très nombreux  à répondre à notre invitation ce mardi 19 mai 2009 pour la soirée rencontre autour du documentaire « Calais : no comment » le quotidien des migrants à Calais

Nous espérons que cette soirée vous aura apporté des éléments complémentaires de compréhension et argumentation sur la situation actuelle. Nous avons « ouvert » une page « Calais » sur notre site  Vous y ajouterons au fur et à mesure de nouvelles informations en particulier à propos de l’initiative « no border ».
Chacun, chacune, individuellement et dans nos réseaux, nos associations, nous avons le même objectif : accueillir dignement et défendre les droits humains. Alors, continuons, persévérons, chacun, chacune, à notre façon et apprenons à mieux nous connaitre. Nous pourrons ainsi utiliser toute notre énergie face à ce défi-déni de solidarité qui grandit chaque jour.N’hésitez pas à nous faire part de vos informations, suggestions, commentaires.

Nous sommes désolés pour les  personnes qui n’ont pu rentrer pour cause de salle complète. Nathalie et Joel sont prêts à revenir ! Qui souhaite prendre en charge une nouvelle projection ? !

RESF49 : 3 enfants et leurs mamans en centre de retention à Rennes, menacées d’expulsion, en grand danger

Samedi 2 mai 2009

RENNES : TROIS ENFANTS (DEUX JUMEAUX DE 14 ANS ET UNE FILLETTE DE 8 ANS) EN CRA
Depuis le 23 avril, deux femmes sont retenues au Centre de rétention de St Jacques avec leurs enfants: deux jumeaux de 14 ans et une fillette de 8 ans. Une de ces femmes est malade, ainsi que la jumelle.
Tous sont très traumatisés par les épreuves subies. La préfecture d’Angers a refusé de leur laisser déposer une demande d’asile et les a mises en rétention pour les renvoyer en Pologne, pays par lequel elles sont entrées en Europe.
Elles ont fui le Daghestan où elles vivaient avec leurs maris tchétchènes soupçonnés d’être liés aux terroristes wahhabistes. Elles ont été arrêtées, interrogées et violemment battues par la police. A leur retour, elles ont subi des violences de la part de leurs maris
pour n’avoir pas caché des armes et des documents wahhabistes.
Elles se sont enfuies en Pologne avec leurs enfants. Mais parquées dans un camp de réfugiés, elles n’ont pu y déposer une demande d’asile. En outre, elles y ont été menacées de graves représailles par des wahhabistes qui y font régner la peur. Elles ont quitté la Pologne pour demander l’asile en France. Le préfet de Maine et Loire veut les
y renvoyer, première étape vers une probable expulsion vers la Tchétchénie (5% seulement des demandes d’asile de Tchétchènes acceptées en Pologne).
Tous vont très mal. Les enfants sont mutiques et ne s’alimentent pas. Contact RESF49

1er mai 2009 – Autres informations de RESF national
M. BESSON, MINISTRE DE LA MALTRAITANCE DES ENFANTS ?

(suite…)

Samedi 25 avril 14h00: Droit d’asile, Droit au logement

Vendredi 24 avril 2009

Les habitants du 48 Rue Lionnaise ont été expulsés, jeudi matin à 6h00.  Avant même cette expulsion, ils avaient appelé à un rassemblement de soutien

SAMEDI 25 avril à 14h00
devant la Mairie d’Angers

Nous relayons le communiqué des personnes qui occupaient le 48 rue Lionnaise, voir après la video.

La manifestation pacifique s’est déroulée de la mairie à la préfecture, au chateau et en revenant …

http://www.dailymotion.com/video/x94vwl

——————————–

COMMUNIQUE de l’APPEL du 48 rue Lionnaise
En nous expulsant du 48, rue Lionnaise, les autorités ont montré qu’ils n’avaient pas retenu la leçon de la réquisition de l’ex-gendarmerie des Ponts de Cé; dommage pour elle car elles n’ont que renforcé notre détermination!
Après une courte halte devant la mairie vers 17h les habitants du « 48″ se sont rendus en groupe au lieu de rendez-vous fixé le midi même dans les locaux de la DASS pour connaître les dernières propositions des autorités pour leur logement comme la loi française et les accords internationaux les y oblige; ils se sont vite rendus compte que les propositions n’avaient pas changé: hébergements provisoires avec en prime une trentaine de places au « Cesame », annexe de l’hôpital psychiatrique. Ils demandent l’asile politique, on leur propose l’asile de fous.
Quant aux SDF, pas de solutions sinon l’hôtel pour les gens, la SPA pour leurs chiens. La venue du représentant de la préfecture n’a rien changé à ces discours fumeux; ce représentant a même eu le front de leur dire qu’ils pouvaient composer le « 115″ (appel d’urgence) alors que le SAMU social amenait des gens de la rue au « 48″ avant qu’il ne soit évacué par les forces de police.

(suite…)

Communiqué du GISTI : Délit de Solidarité : Besson ment !

Mercredi 22 avril 2009

Dans une lettre adressée à toutes les organisations signataires du communiqué de presse du 23 mars appelant à manifester contre le délit de solidarité, le ministre de l’Immigration Éric Besson écrit : « Toute personne, particulier, bénévole, association, qui s’est limitée à accueillir, accompagner, héberger des clandestins en situation de détresse, n’est donc pas concernée par ce délit. Et j’observe qu’en 65 années d’application de cette loi, personne en France n’a jamais été condamné pour avoir seulement accueilli, accompagné ou hébergé un étranger en situation irrégulière ».

Eric Besson est mal informé, ou il ment. Dans les deux cas, ses déclarations péremptoires et méprisantes n’en sont que plus graves.

Le Gisti a commencé à dresser et à publier sur son site un inventaire des condamnations prononcées, depuis 1986, contre des personnes qui ont apporté une aide à des étrangers, la plupart du temps en les hébergeant. Cette liste ne tient compte que des poursuites ayant entraîné condamnation (y compris avec dispense de peine). Ne sont donc pas recensées ici les poursuites ayant abouti à un non lieu ou à une relaxe. Elles ont pourtant donné lieu, à chaque fois, à leur lot d’intimidations, de convocations au commissariat ou à la gendarmerie, de gardes à vue, de mises en examen, de perquisitions à domicile pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Ne sont pas mentionnées non plus les rappels à la loi, ni les poursuites en cours. Ce recensement des condamnations d’« aidants » est donc loin de refléter l’ampleur du harcèlement dont font l’objet ceux qui apportent un soutien aux sans-papiers. Car, condamnation ou pas, la criminalisation de l’aide au séjour a bien vocation dissuasive.

(suite…)

Angers, 8 avril 12h30 : Non au délit de solidarité

Mardi 7 avril 2009

Objectif 2001 : (source projet de loi de finances 2009)

* 28.000 reconduites à la frontière
* 5.500 interpellations d’aidants

Si la solidarité devient un délit,
nous demandons à être poursuivis pour ce délit !

MERCREDI 8 AVRIL  A 12 H 30
RASSEMBLEMENT A ANGERS
DEVANT LE PALAIS DE JUSTICE

www.delinquants-solidaires.org (pétition en ligne)

Communiqué de Presse de la Ligue des Droits de l’Homme
Direction régionale des Pays de la Loire

Appel à mobilisation citoyenne
Non au délit de solidarité

Aujourd’hui, en France, c’est un délit d’accueillir, d’accompagner, ou seulement d’aider une personne en situation irrégulière. Ces hommes, ces femmes et ces enfants sont des personnes en difficulté, isolées et démunies qui méritent qu’on respecte leur dignité. La délégation régionale Pays de la Loire de la Ligue des droits de l’Homme dénonce la politique gouvernementale inacceptable qui s’en prend aux associations et militants à travers un « délit de solidarité », ceci en complète contradiction avec les déclarations des droits de l’Homme. C’est pourquoi, elle appelle tous les militants et les citoyens à se mobiliser dans l’unité avec les autres associations partenaires afin d’assurer le succès des manifestations prévues le mercredi 8 avril prochain.

·    Dénonçons l’assimilation de militants bénévoles et de citoyens solidaires aux passeurs et trafiquants de main d’œuvre,

·    Dénonçons l’existence même de quotas d’ « aidants » – 5500 cette année – qu’on prévoit d’arrêter pour avoir été solidaires de sans-papiers, migrants, réfugiés,

·    Réaffirmons que l’humanité et la solidarité sont des principes supérieurs sans lesquels il n’y a pas de société digne de ce nom.
La solidarité n’est pas un délit !
Montrons-le en nous déclarant solidaires comme le feront à la même heure et dans toute la France au moins 5500 manifestants !

Tous ensemble
-         A Angers devant le Palais de Justice à 12h30
-         Au Mans devant le  Palais de Justice à 10h
-         A Nantes devant le Palais de  Justice, Quai François Mitterrand à 11h30
-         A Saint Nazaire devant le Palais de Justice à 18h
Mercredi 8 avril 2009
Délégation régionale de la LDH,  4 place de la Manu 44000 Nantes

Samedi 28 mars Manifestation de soutien à Al Haj et aux demandeurs d’asile

Samedi 28 mars 2009

NOUVELLE MOBILISATION
SAMEDI 28 MARS A 15H00 DEVANT LA PREFECTURE D’ANGERS

pour soutenir AL HAJ et les demandeurs d’asile

Rappel des faits :

Al Haj est un jeune soudanais de 18 ans qui a fui son pays afin de trouver l’asile en Europe. Un retour au pays serait synonyme d’emprisonnement, torture et mort.

Voici la protection qu’il a trouvé en Europe :

- Interpellé en Belgique, il a été enfermé deux mois dans un centre de rétention fermé. Les conditions étaient tellement difficiles qu’il a refusé catégoriquement de faire une demande d’asile dans cet Etat signataire du règlement de Dublin 2 : certains écrits comparent ces centres de rétention à des « camps de concentration moderne ». Les autorités lui donnent une « obligation de quitter le territoire belge », sous peine d’expulsion au Soudan.
- Il franchit donc les frontières franco-belges. En France, à Angers, il noue des liens avec d’autres soudanais, avec l’école, avec une structure d’accueil et d’hébergement, avec des travailleurs sociaux. Il commence alors à vivre quand il est mis en rétention administrative avec un arrêté de ré-admission vers la Belgique.

(suite…)

Accueil des sans papiers et interventions policières : que dois je faire ?

Mardi 17 mars 2009

Vademecum réponses aux 10 questions : accueil sans papier et intervention policiere que faireLa Cimade, Emmaüs, la FEP, la FNARS et le Secours Catholique  ont réalisé ce guide à l’usage des bénévoles et salariés d’associations :
Texte d’introduction du document : « Une personne sans-papiers se présente dans un lieu d’accueil de jour, un lieu de distribution alimentaire, un vestiaire, une association de domiciliation, une permanence de soins ou d’écoute, d’assistance juridique…. Elle est hébergée dans un centre d’hébergement d’urgence (CHU) ou un Centre d’hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) car elle vit une situation de détresse.

Pourtant, cette personne, parce qu’elle n’a pas de papiers de séjour, est considérée comme commettant un délit. Elle peut être interpellée, placée en garde à vue, condamnée ou conduite dans un centre de rétention administrative (CRA) et expulsée.
Ai-je le droit de l’accueillir ?
Ne serai-je pas poursuivi en l’accueillant ?
Dois-je lui demander ses papiers ?
Dois-je communiquer son nom à la police ?

Ce vade-mecum, a pour but de donner des réponses simples à dix questions sur son accueil, les relations avec la police, les transmissions d’informations aux autorités et les conséquences possibles si l’on aide une personne sans papier.
Plutôt que de droit, il faut parler ici de devoir d’assistance.
Venir en aide à une personne n’est pas favoriser les « réseaux de passeurs », mais au contraire éviter qu’elle en soit dépendante.
Devant la faim, le besoin de vêtements, de soins, de conseils ou d’écoute, il ne doit pas y avoir de conditions préalables.
Et la confidentialité est la meilleure manière de préserver la dignité et la liberté de celui qui est accueilli.

Télécharger le guide complet accueil sans papier intervention policière : que dois je faire ?

Calais : déversoir des exodes oubliés.

Vendredi 13 mars 2009

Film Welcome Vincent LindonLe film Welcome sort dans les salles et offre une médiatisation grand public de la question des migrants et de la situation particulière de Calais (7 ans après la fermeture de Sangatte). Tant mieux ! que le plus grand nombre prenne enfin conscience de ce qui se passe dans notre beau pays des droits de l’homme.

Nous vous invitons à visionner le film : Traque à Calais que nous vous présentions dans notre billet du 17 décembre 2007

Nous vous invitons également à découvrir l’exposition photos en ligne et prendre le temps de lire le texte d’accompagnement de Julie Rebouillat du Collectif Contre Fait 

Photo de Julie Rebouillat Calais

Photo de JulieRebouillat

Cabane : L’habitat de la « jungle » est fait de bric et de broc : palette, bâches en plastique, couvertures essentiellement.

Jungle : Plusieurs centaines de migrants se cachent et s’abritent dans une forêt d’argousiers, communément appelée « jungle », située en périphérie de Calais. Elle sert de refuge aux populations afghanes, kurdes, iraniennes, palestiniennes principalement.

 » Des journalistes, les bénévoles en ont vu passer des myriades, posant irrémédiablement les mêmes questions et prenant toujours les mêmes images. Des politiques aussi il en est passé des dizaines, venues se faire mousser ou montrer leur impuissance, de Dominique Voynet à Dominique Strauss-Kahn, en passant par José Bové ou Isabelle Carré. Ce sont des milliers de regards extérieurs qui se sont posés sur Calais depuis que Sangatte a fermé ses portes. Mais les regards n’y ont rien changé. Le regard de l’opinion non plus ne semble pas vouloir changer : les européens n’ont toujours pas compris que de mettre des batteries de missiles le long des frontières ne suffira pas à arrêter des hommes et des femmes qui n’ont plus rien à perdre. » Julie Rebouillat

Texte et exposition complète sur le site de Contre-Faits :
http://www.contre-faits.org/spip.php?article78

Cercle de silence à Angers 4 mars 2009

Mardi 3 mars 2009

Le deuxième cercle de Silence aura lieu
Place du Pilori de 18 à 19h00, mercredi 4 mars 2009

(rendez vous mensuel, chaque 1er mercredi du mois )

Lors du 1er cercle du mois de février, 135 personne formaient un cercle silencieux en opposition aux traitements infligés aux sans papiers, demandeurs d’asile, aux conditions dans les centres de rétention. Lire le bel article Ouest France : La dignité au centre

 

Cercle de silence à Angers : 1er mercredi de chaque mois 18h00-19h00

Dimanche 1 février 2009

cercle de silence paris palais royalCercle de silence charleville meziere
(photos : à Paris  Palais Royal, et à Charleville Mézières, les cercles de silence s’organisent dans de nombreuses villes : Nantes, Toulouse, Privas, Rennes , …)

Nouvelle initiative à Angers, le premier Cercle du silence se déroulera

mercredi 4 février 2009 de 18h0 à 19h00 Place du Pilori à Angers.

Il s’agit de la premier rendez vous, qui se renouvellera ensuite mensuellement : chaque 1er mercredi du mois, même heure, même endroit.
Le cercle de silence est une action non violente de protestation qui rassemble des femmes et des hommes de divers horizons et convictions philosophiques politiques ou religieuses.

Il s’agit par une manifestation silencieuse et non violente, afin :

  • de dénoncer les conditions de détention inhumaines dans les Centres de rétention administrative
  • de refuser que des hommes,des femmes et des enfants, subissent des traitements dégradant du seuil fait qu’ils n’ont pas de papiers en règle.
  • de refuser cette chasse aux étrangers qui inflige des traumatismes profonds à ceux qui en sont les témoins, aux enfants particulièrement. Les atteintes à la dignité de quelques uns blessent tous les hommes dans leur humanité.
  • de ne pas accepter que soient prise au nom des citoyens français des dispositions (lois, décrets, circulaires) qui brisent des vies humaines et détruisent des couples et des familles.

Parce que la France est un pays des Droits de l’homme.

Dans un environnement d’agitation et de bruit, le silence invite à la réflexion, il ouvre à l’humanité de l’homme.

Rejoignez le cercle de silence, Faites le savoir autour de vous : rendez vous mercredi 4 février.

Plus d’info sur les cercles de silence :

1. L’origine des cercles de silence

(suite…)

1234567