• Accueil
  • > Demandeurs d'asile - sans papiers

Archive de la catégorie ‘Demandeurs d’asile – sans papiers’

18 décembre Journée internationale des migrants avec Radio G Angers

Mardi 14 décembre 2010

Affiche Radio GRadio G ! s’associe à l’ONG Décembre 18 pour couvrir via les ondes la Journée Internationale des Migrants. Samedi 18 décembre, une émission spéciale sera donc consacrée à ceux qui composent dans l’ombre la France d’aujourd’hui, qui en illustrent le meilleur et parfois le pire. 

Samedi 18 décembre / 12h-13h
Chadia Arab, géographe angevine, nous expliquera son travail de recherche autour des Aït Ayad, une population marocaine qui a immigré à Angers dans les années 60.

Sylvie Cognard, médecin bénévole chez Médecin du Monde à Angers, nous racontera la prise en charge en matière de santé des primo-arrivants sur la ville d’Angers et nous fera partager son engagement au sein de l’ONG.

www.radio1812.net
 

Appel de la Cimade : Mobilisons nous contre la loi Besson

Vendredi 12 novembre 2010

Le projet de loi Besson n’est pas encore adopté…
manifestons pour obtenir son rejet par le Sénat !

En ces jours où le bruit des pas de millions de manifestants n’arrive pas jusqu’aux oreilles de nos parlementaires, La Cimade vous invite à participer à une manifestation virtuelle contre le projet de loi sur l’immigration, pour faire du bruit à travers le web ! Le projet de loi Besson a été adopté à l’Assemblée le 12 octobre dernier après des débats polémiques et précipités. Ce projet de loi, déjà effacé des mémoires médiatiques, réduit considérablement les droits des étrangers en France.

Mais il est encore temps d’agir ! Ce texte, aux relents xénophobes, doit encore être discuté au Sénat où, on l’espère, les élus sauront donner plus de dignité aux débats.

Pour faire part aux sénateurs de notre préoccupation et de notre vigilance, La Cimade organise donc une manifestation virtuelle de l’Assemblée nationale jusqu’au Sénat. De novembre à janvier, cette marche virtuelle empruntera le chemin des écoliers pour rencontrer ceux et celles qui verront leur vies bousculées par ce nouveau projet de loi : travailleurs sans papiers, étrangers malades, couples franco-étrangers, étrangers enfermés en centre de rétention, etc.

À chacune des six étapes, soit tous les quinze jours environ, vous serez invités à participer à une action pour sensibiliser vos voisins, vos collègues et bien sûr les sénateurs qui discuteront le texte.
En un clic, faites la différence !

> Cliquez-ici pour participer à la manifestation
Vous recevrez un email de confirmation avec toutes les informations nécessaires. Attention, si ce mail vous a été transféré ou si vous souhaitez vous inscrire à partir d’une autre adresse que celle sur laquelle vous avez reçu ce message, merci de suivre ce lien.

> En savoir plus sur le projet de loi Besson

> Parcours et dates de la manifestation virtuelle :

Appel de la Cimade : Mobilisons nous contre la loi Besson dans Demandeurs d'asile - sans papiers manif-etapes_535

Camp no Border à Bruxelles

Vendredi 1 octobre 2010

une semaine de discussions, réflexions, projections, manifestations et actions autour de la liberté de circulation et d’instalation.Parmis les thématiques abordées : Politiques migratoire européenne et ilitarisation des frontières, Centres de rétention et déportations,Capitalisme et migrations, Clandestinité et les luttes des migrants,
Extension des politiques frontalières européennes…
plus d’info sur le site du no border : http://www.noborderbxl.eu.org/ et
sur les actions sur le camp sur : http://bxl.indymedia.org/

24 juin Pique nique et rassemblement devant la Préfecture. Droit des demandeurs d’asile

Jeudi 24 juin 2010

Le collectif CSSP49 invite les citoyen-ne-s à un pique nique devant la préfecture d’Angers, ce midi après la manifestation syndical, vers 12h00, 12h30. Il sera suivi d’un rassemblement à 14h00 au même endroit. Objectif : faire respecter le droit des demandeurs d’asile. Lire le texte d’appel du CSSP49 ci dessous. + article paru dans ouest france

LA LUTTE DES DEMANDEURS D’ASILE CONTINUE…

L’État s’attaque à tous les acquis sociaux et veut faire payer la crise du ystème au peuple et seules les solidarités créées dans les luttes de résistancecommunes peuvent faire barrage.
Depuis un an et demi,les demandeurs d’asile qui voient leurs droits de plus n plus bafoués, sont entrés en résistance pour les faire respecter .Demain, compagnons de travail, ils sont, dès maintenant à la pointe du combat commun contre la dégradation généralisée des conditions de vie!Après le relogement des 130 habitants des squats de la New House et de Verneau les 8 et 16 juin, la préfecture semble s’essouffler…De nombreux demandeurs d’asile restent encore sans logement, otamment les habitants du squat de la Roseraie, que la préfecture a déclarévouloir évacuer « avant l’été »… l’été a déjà commencé et il sera chaud car les demandeurs d’asile sont déterminés à faire valoir leurs droits !La situation est intenable pour des centaines de personnes (y compris des enfants) qui vivent sans ressource. Deux familles dont un bébé de 3 mois dans ungarage de 20m2 au squat de la Roseraie, des gamins qui font les poubelles, des malades qui ne peuvent pas se soigner, des célibataires qui dorment à plus de dixpar chambre…
Le Conseil général continue au mépris des lois de couper les aides aux familles (Aide sociale à l’enfance) tandis que la préfecture multiplie les entorsesau droit et va jusqu’à passer outre des décisions du Conseil d’État…
Réaffirmons notre solidarité pour exiger:
– UN LOGEMENT POUR TOUS
– le respect plein et entier du droit d’asile et des conditions matérielles
d’accueil comprenant « le logement, la nourriture et l’habillement, fournis en nature ou sous forme d’allocation financière ou de bons, ainsi qu’uneallocation journalière ». (Directive « Accueil » du Conseil de l’Europe).
– L’ouverture urgente et massive de places de CADA.
– la réquisition de tous les logements vides.
A l’issue de la manifestation syndicale, nous vous invitons à nous rejoindre pour un pique-nique solidaire devant la préfecture.

REJOIGNEZ NOUS, DÈS 14h, DEVANT LA PRÉFECTURE POUR RAPPELER À L’ÉTAT SES OBLIGATIONS.

et DES 12h00 , 12h30 pour tous ceux qui souhaitent partager leur pique nique avec nous.

3 mai 18h00 Sit-in pour alerter sur la crise du droit d’asile en France

Lundi 3 mai 2010

La Coordination Migrants 49 relaie la proposition d’action de la Coordination Française pour le Droit d’Asile (CFDA), pour alerter nos concitoyens sur la crise du droit d’asile en France, et interpeller l’Etat quant à ses responsabilités à l’égard des demandeurs d’asile.
Elle appelle à un

SIT-IN de PROTESTATION
le lundi 3 mai à 18h,
au carrefour des rues St Aubin et St Martin
à Angers ( près de la préfecture).

La Coordination Migrants 49 regroupe les associations angevines suivantes : APTIRA- Bon Pasteur- Emmaüs- LDH- Pastorale des migrants- REDA- Restos du cœur- Saint Vincent de Paul- Secours Catholique- Une Famille un Toit. Elle est membre de la CFDA. L’accueil des demandeurs d’asile vit une situation de grave crise

* La régionalisation de l’admission au séjour aggrave les conditions d’accueil et précarise la vie des demandeurs d’asile. Le dispositif n’assure pas la répartition en région mais concentre les demandeurs sur les villes qui disposent d’un lieu d’accueil de leurs démarches, en Pays de Loire : Nantes et Angers

* En France, plus de 15.000 personnes sont en attente d’une entrée dans un Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA).* Pour ceux qui ne sont pas hébergés en CADA, l’Allocation Temporaire d’Attente (environ 320€/mois) ne permet pas d’assurer une vie décente (logement, alimentation, frais administratifs et de déplacements occasionnés par les procédures…)

* Les procédures des catégories « prioritaires » sont traitées en accéléré et privent les demandeurs des conditions matérielles d’accueil : ils n’ont pas accès à l’hébergement CADA et se voient privés de l’Allocation Temporaire d’Attente.
Cette situation est contraire aux obligations de la France, signataire des accords de Genève, et fait l’objet de condamnations par les juridictions administratives. Elle aggrave la crise des mal logés, créant en bien des lieux une concurrence malsaine entre exclus.

Les associations rappellent les revendications de la CFDA :

(suite…)

Actualités de Calais

Vendredi 19 mars 2010

Communiqué de Presse du 17 mars du Collectif Calais Migrant Solidarity
LA POLICE EVACUE LES ALENTOURS DU BCMO DE CALAIS

Aujourd’hui, 17 mars 2010 aux alentours de 13h30, alors que les migrants étaient à la distribution alimentaire, 40 policiers de la Police Nationale et la Police Aux Frontières ont emporté les possessions des migrants. La police et les travailleurs de la mairie en combinaison blanche ont aspergéde produits chimiques et pris les matelas, couvertures et tentes que les migrants utilisaient chaque nuit depuis que l’accès a l’abri (le BCMO) leur était interdit.
Le jeudi 11 Mars le BCMO, un abri ouvert la nuit où de nombreux migrants ont dormi pendant l’hiver, était fermé. Depuis lors, beaucoup d’entre eux, principalement pashto, ont campé et dormi a l’extérieur du bâtiment. Ce mardi 17 mars, comme beaucoup le craignaient, la police a emporté toutesles affaires présentes sur les lieux pendant que les migrants étaient à la distribution de nourriture organisée régulièrement non loin de là.

Lundi 16 mars au soir, environ 50 personnes, qui dormaient a l’extérieur du BCMO depuis sa fermeture, ont décidé de commencer à protester. Ils voulaient atteindre l’opinion publique en organisant une manifestation et une grève de la faim. Le lendemain matin, alors qu’ils étaient réunis pourpréparer des banderoles, la police a procédé à l’arrestation arbitraire de deux kurdes sur le pont à côté du BCMO. A partir de ce moment là, la présence policière sur les lieux n’a fait que s’intensifier.

Tout d’abord, la police a arrêté de manière très sélective une seule et unique personne du groupe de migrants, puis tous les militants ‘No Border’ ont été fouillés. Par la suite, les CRS ont arrêté une vingtaine de personne de manière complètement arbitraire et au hasard. Un militant ‘NoBorder’ a clairement entendu plusieurs CRS discuter et dire : « encore combien ? » « allez, encore 2 ou 3 ! ». Certaines personnes ont décidé de continuer la grève de la faim et de ne pas aller a la distribution de nourriture. Dans l’après midi, des travailleurs du port ont érigé unebarrière temporaire pour séparer en deux l’espace ou les migrants dorment habituellement.

Peu après, une dizaine de militants No Border sont allés a l’hotel de police et au centre de rétention de Coquelles, aux alentours de Calais,pour protester contre les arrestations et en solidarité avec les migrants détenus. Mais cette démonstration était une nouvelle fois interrompue par une police particulièrement agressive, qui a réquisitionné les banderoles, contrôlé les identités de tous les participants et les ont suivi dans leurvéhicule pendant plusieurs heures.

Appel RESF49 : Rassemblement mercredi 10 mars 16h00

Dimanche 7 mars 2010

Rassemblement Mercredi 10 mars à 16 h00
Conseil Général (Place Michel Debré) ANGERS
Pour exiger :

  • Le respect des annonces publiques du Président du Conseil Général,
  • Un hébergement adapté pour les familles étrangères qui sortent des CADA (Angers, Cholet, Saumur…)
  • La gestion des situations des familles par les services sociaux de proximité.

Quand elles sont contraintes de sortir des Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile, les familles étrangères peuvent solliciter le réexamen de leur situation si elles peuvent se prévaloir d’un élément nouveau et ainsi déposer un recours.
Dans ce cas, le Président du Conseil Général annonçait publiquement au mois de décembre dernier le maintien des aides (hébergement et allocation pour les enfants*) quand les recours ne sont pas épuisés.

Cette décision redonnait espoir aux familles concernées qui voyaient s’éloigner la crainte d’être jetées à la rue.

Le président du Conseil général a-t-il voulu bluffer l’opinion publique ?

A ce jour, malgré différents courriers adressés au Conseil Général visant à actualiser la liste des familles, différentes démarches, les annonces n’ont pas été suivies d’effet: une dame enceinte chargée d’un enfant est toujours dans l’attente d’une réponse, une famille voit son hébergement non pris en compte en décembre et depuis le 8 janvier, une autre depuis le 28 février. Toutes ont pourtant déposé un recours et sont dans l’attente d’une décision.

Il faut en finir avec les hébergements coûteux et inadaptés. La chambre d’hôtel (2000 € par mois) est coûteuse et inadaptée (pas de cuisine, ni de possibilité de laver le linge…). Il faut créer là où les besoins existent des parcs raisonnés d’appartements (un type 4 –HLM : 600 € environ)

Enfin, il faut que les familles puissent être gérées par les services sociaux de proximité plus facilement réactifs.

MERCREDI 10 MARS à 16 h, soyons nombreux(ses) devant le Conseil Général pour faire entendre nos exigences dans l’intérêt des familles étrangères et de leurs enfants

Concert de soutien aux demandeurs d’asile et aux habitants des squats d’Angers : Samedi 20 février Murs Erigné

Vendredi 19 février 2010

Musique sans frontières !

Samedi 20 février 2010 à Mûrs Erigné (salle Jean Carmet)
Avec

Organisé par le CSSP49 :  plus d’infos sur  : http://www.cssp49.blogspot.com/

Musique sans frontières pour réaffirmer le droit à la libre circulation et à la libre installation pour tous les êtres humains de cette planète !
Venez nombreux partager ce moment de solidarité avec les demandeurs d’asile et les habitants des squats de tous horizons : Roms de Roumanie, du Kosovo, Soudanais, Erythréens, Somaliens, Guinéens, Kurdes… !

Parce que l’Etat n’assume pas son obligation d’accueil comme la Convention de Genève le demande, plus de 150 personnes habitent dans des maisons réquisitionnées à Angers. Ce concert sera pour tous ces hommes, ces femmes et ces enfants non seulement un soutien financier mais aussi une occasion de partager un moment festif sur leur parcours semé d’embûches.

Merci de venir leur redire « welcome ».

Témoignages et musique des squats, expos photo, dégustation de tartes…(vous pouvez en apporter si vous voulez participer)

Prix de soutien: 10 € / Petits budgets et enfants : 5 € / Très petits budgets et très petits enfants : gratuit

Centre Culturel Jean Carmet
37 route de Nantes 49 610 Mûrs-Érigné
Tél : 02.41.57.81.85

 

Appel à mobilisation : Non à un camp d’internement au Mesnil Amelot

Samedi 6 février 2010

Appel de la CIMADE :

Non au camp d'internement du Mesnil Amelot 2 centre de rétention

FUTUR CENTRE DE RETENTION DU MESNIL-AMELOT: NON A L’OUVERTURE D’UN CAMP D’INTERNEMENT DES ETRANGERS !

La construction du nouveau centre de rétention du Mesnil-Amelot (77) est quasiment achevée. L’ouverture est prévue dans quelques semaines. Avec 240 places de rétention, ce centre sera le plus grand de France. Il s’ajoutera au premier centre de rétention du Mesnil-Amelot de 140 places.

L’entrée en fonction de ce véritable camp marque une nouvelle étape de ce que les associations de défense des droits des migrants ont qualifié depuis 2004 d’industrialisation de la rétention. D’exceptionnel, l’enfermement des personnes en situation irrégulière devient peu à peu un mode de gestion des populations migrantes.

Le centre de rétention comptera 240 places dont 40 places réservées aux familles. Il est
organisé en 6 unités de vie de 40 places autour de deux bâtiments administratifs jumeaux eux-mêmes reliés par une passerelle de commandement. Une double enceinte grillagée et barbelée entoure l’ensemble du camp. Des dizaines de caméras, des détecteurs de mouvements s’ajoutent à cet univers carcéral.

Présenté par l’Administration comme constituant deux centres de rétention il n’y a pas de doutes sur le fait que l’ensemble fonctionnera comme un seul centre de rétention en contradiction avec la réglementation. L’article R 553-3 du CESEDA limite à 140 places la capacité maximale d’un centre de rétention. Comme pour le centre de rétention de Vincennes, l’Administration utilise la fiction de deux centres de rétention côte à côte pour contourner cette interdiction.

Dans ce nouveau camp, les effets combinés du nombre de retenus, de la division en  » modules de vie « , des difficultés de circulation des retenus, limiteront considérablement la possibilité pour la société civile de connaître la réalité du fonctionnement d’un tel centre.

Dans ces conditions, la possibilité pour les étrangers d’exercer leurs droits et de bénéficier d’une véritable aide juridique est très limitée. Dans un avenir proche, les audiences du juge des libertés et de la détention (TGI de Meaux) auront lieu dans deux salles intégrées à un ensemble de bureaux de police attenant au camp. Ce juge sera compétent pour statuer sur la situation des retenus des centres du Mesnil-Amelot, c’est-à-dire 380 personnes. La masse de  » dossiers  » à traiter conduira à un traitement très rapide et superficiel de la situation de chacun.
C’est une véritable justice d’exception pour les étrangers qui s’organise.

Un centre de 240 places représente une moyenne de 40 arrivées par jour (c’est par exemple ce qui était le cas à Vincennes avant l’incendie du 22 juin 2008). Cet univers est celui de l’anonymat, de la déshumanisation des personnes. Comme la situation de Vincennes l’a montré le non-droit, les violences, les auto-mutilations et les tentatives de suicide seront, encore plus qu’ailleurs, le résultat quotidien de cet internement.

Les associations signataires dénoncent cette criminalisation des migrants et s’opposent à l’ouverture de ce camp. Elles appellent les citoyens, les élus à se mobiliser contre l’internement administratif des étrangers.

Plus d’infos et  signer la pétition c’est ici

2 Février : Soirée Calais Exposition, témoignages et film

Dimanche 31 janvier 2010

film no comment calaisLes jeunes du Secours Catholique49 vous invitent à  une soirée d’information sur Calais à la MPT de Montplaisir – Angers,
mardi 2 février 2010

 

  • a partir de 19h30 : présentation exposition photos et échanges témoignages
  • à 20h30 : Projection du film No Comment avec Nathalie Loubeyre

Ci dessous le texte de l’invitation : 

Nous sommes un groupe de huit personnes à être parties cet été partager le quotidien des migrants de Calais.  De ces rencontres nous retenons des histoires d’hommes, de femmes et d’enfants fuyant la guerre, l’insécurité, les massacres, les persécutions et cherchant désespérément, parfois au péril de leur vie, leur eldorado, l’Angleterre.  Nous, nous n’oublierons pas, leurs mots, leurs visages, leurs souffrances, leurs rires et surtout cette volonté de transmettre leurs histoires et de dénoncer la situation  dans laquelle ils se trouvent.  Nous vous invitons donc à partager notre expérience lors d’une soirée photos, témoignages, dessins en compagnie d’une bénévole de Calais et de la réalisatrice du reportage « No comment » qui sera diffusé ce soir-là. En espérant vous y retrouver, rendez-vous le mardi 2 février à la Maison pour Tous de Monplaisir à partir de 19h30
L’exposition est accessible à partir de 19h30. La projection de No comment a lieu vers 20h30 et sera suivie vers 21h30 de l’échange avec les intervenants.

Page Calais sur le blog Itinéraire Sud : voir ici.

Au printemps dernier, la salle des 400 coups avait affiché complet pour la projection du documentaire « No comment »  Nous sommes heureux qu’une nouvelle soirée puisse avoir lieu. Merci aux jeunes qui en sont à l’initiative. Ils – Elles sont allées à Calais partager le quotidien des migrants et auront certainement beaucoup d’informations à partager avec vous.

12345...7