Archive de la catégorie ‘Environnement’

Indicateurs de richesse, Jean Gadrey et l’Etat d’Acre au Brésil

Lundi 27 avril 2009

Au Brésil, l’Etat d’Acre mesure le « bien être » durable. Tel est le titre d’un article paru  dans le Monde.
Les experts qui mesurent en PIB,  la santé économique de l’Etat d’Acre, un des plus petits états de l’Amazonie brésilienne, auront vite fait de conseiller à son gouvernement de se mettre à l’agro business pour « enfin se développer ».
Pourtant les habitants de cette région de forêts ne sont pas plus mal lotis que les exclus des bidonvilles de Rio de Janeiro ou de Sao Paulo. Au contraire. Mais l’essentiel de leurs échanges échappent à la comptabilité nationale qui, de la mégalopole au village amazonien, utilise la même grille de lecture pour juger du bien-être d’une société. « Imaginez que la forêt constitue le supermarché où nous faisons l’essentiel de nos courses, mais cela n’apparaît nulle part car il y a peu d’échanges monétaires. Du coup, il est facile de conclure que nous sommes sous-alimentés », explique Carlos Duarte, secrétaire d’Etat d’Acre à la forêt. Lire la suite dans le Monde du 27.02.2009.

Cet exemple cité par Jean Gadrey lors de sa conférence à Angers le 17 avril dernier nous a donné envie de nous plonger dans les nouveaux indicateurs de richesse. Jean Gadrey et Florence Jany Catrice, ont d’ailleurs publié un livre à ce sujet aux Editions de la Découverte :

livres nouveaux indicateurs de richesseLa croissance économique, celle du PIB (produit intérieur brut), est aujourd’hui le principal critère de performance des nations, mais c’est aussi un critère de plus en plus contesté. Dans ce livre, les auteurs dressent un bilan de cette contestation, et surtout ils présentent de nouveaux indicateurs synthétiques, fondés sur des visions alternatives de ce qui fait « la richesse des nations ». Ces indicateurs s’intéressent selon les cas au « développement humain », à la « santé sociale » ou au « bien-être économique » d’une collectivité, mais aussi au développement durable. Ils permettent de compléter les indicateurs économiques en tenant compte de richesses oubliées comme celles que produisent le travail bénévole ou le travail domestique, de richesses environnementales sacrifiées, ou encore de critères de cohésion sociale et de pauvreté. Ils pourraient servir de guides à d’autres politiques économiques et sociales. Ce livre a été écrit pour être très largement accessible à des non-spécialistes, tout en fournissant aux lecteurs des encadrés méthodologiques essentiels.

Faut il que nous ayons ce livre au bibliobus ? etes vous interessés par sa lecture ? Faites nous part de votre avis.

 

Développement durable et économie : une autre relance est elle possible ?

Mercredi 15 avril 2009

Les enjeux écologiques, sociaux, démocratiques du développement durable sont trop vite occultés par les impératifs économiques. La crise actuelle accentue encore cette « urgence économique ».

Le Village Gmonde vous invite à une soirée débat avec la participation de Jean Gadrey, professeur émérite d’économie de l’université de Lille, membre du conseil scientifique d’Attac et de la commission Stiglitz, spécialiste des indicateurs de richesse.

Vendredi 17 avril à 20h30, salle Thiers Boisnet.

Un débat essentiel fait rage entre ceux qui pensent qu’il faut très vite relancer la croissance (qualifiée de « verte », crise écologique oblige), et ceux qui estiment qu’il faut « profiter de la crise » pour en finir avec le culte de la croissance et proposer une autre vision du progrès.

Comment faire preuve d’imagination face à une crise systémique qui bouscule nos repères? Pour Jean Gadrey, une autre relance est possible : créer des emplois sans croissance, c’est possible… mais il faut réduire fortement les inégalités.

Pour compléter la soirée, deux comédiens s’empareront d’un de ses textes intitulé : « l’écologiste et le syndicaliste » : une autre approche de l’économie par le théâtre ?

Jean Gadrey, 65 ans, est Professeur émérite d’économie à l’Université Lille 1.

Ses domaines de recherche sont la « Socio-économie des services » et les « Nouveaux indicateurs de richesse », titres de deux livres récents publiés à La Découverte, coll. Repères. S’y ajoute le thème des inégalités, objet d’un essai « En finir avec les inégalités » (Mango, 2006). Il est membre du CNIS (Conseil National de l’Information Statistique). Il publie régulièrement des articles ou tribunes dans /Alternatives économiques/, /Les Cahiers français/, /Politis/, et /Le Monde/.

Il publie également sur le blog : http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey

19 février Soirée rencontre 400 coups : Gerboise Bleue

Lundi 16 février 2009

Du 18 au 24 février 2009 : projection du film documentaire aux 400coups à Angersgerboise bleue affiche film
Jeudi 19 février à 20h15 : Projection débat avec Michel Verger, président national de l’ AVEN (Association des vétérans des essais nucléaires)

Gerboise Bleue est le nom donné au premier essai nucléaire français. Cet essai a eu lieu le 13 février 1960 dans le Sahara algérien. La bombe, qui était suspendue sur une tour à 100m de hauteur avait une puissance de 70 kilotonnes, soit quatre fois plus puissante que la bombe d’Hiroshima. Trois autres essais seront faits par la suite (Gerboise Blanche, Gerboise rouge et Gerboise verte) mais de puissance moindres : 5 kilotonnes. Ces tests ayant été faits en atmosphère libre, les plaintes ont fusé. Les essais suivants se sont donc déroulés en sous-sol, ce qui malheureusement n’a pas empêché plusieurs incidents, comme la libération d’un nuage radioactif qui a contaminé une centaine de personnes. De 1960 à 1978, 30 000 personnes auraient été exposées dans le Sahara. L’armée française a reconnu officiellement neuf irradiations. Aucune plainte contre l’armée ou le Commissariat à l’Energie Atomique n’a abouti. Trois demandes de commissions d’enquête ont été rejetées par la commission de la défense nationale.
C’est lors d’une conversation familiale il y a trois ans, que Djamel Ouahab apprends l’existence d’essais nucléaires effectués dans le Sahara algérien dès 1960. Il décide alors d’entreprendre des recherches et découvre l’existence de l’AVEN, une association qui regroupe environ 3 000 vétérans français qui ont participé à ces essais nucléaires entre 1960 et 1966. En les rencontrant, il découvre qu’ils sont tous atteints de maladies liées à la radioactivité: cancers, leucémie, problèmes cardiaques. Ces vétérans lui racontent comment ils vivent aujourd’hui avec leur maladie et comment ils se battent contre le gouvernement pour être indemnisés. Mais ils lui parlent également des populations des Oasis qui travaillaient sur le site des essais sans protections et qui doivent être beaucoup plus malades. En juillet 2006, Djamel Ouahab rencontre ces populations qui lui font part de ce dramatique 13 février 1960. Le cinéaste décide alors de faire un documentaire pour raconter leur souffrance.

Mali : les larmes du Désert

Samedi 14 février 2009

france 5 logo« J’ai vu Changer la Terre », émission documentaire de France 5, le samedi à 15h00 consacre son émission d’aujourd’hui au Mali. Vous pouvez regarder l’émission sur le site France 5 gratuitement jusqu’au 20 février 2009.

sol craquele desertPrésentation :  Le changement climatique n’est plus une abstraction. Les effets du réchauffement de la Terre sont aujourd’hui bel et bien perceptibles. Depuis ces dernières années, ils affectent profondément la vie quotidienne de nombreux habitants de la planète. Agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, sylviculteurs, chasseurs, paysans… Celles et ceux qui sont en première ligne, au contact quotidien avec la nature et en tirent leurs moyens de subsistance, sont particulièrement touchés. Ce sont des sentinelles, ce sont nos témoins. Ils ont ‘ vu changer la Terre ‘ et le disent. Ils sont notre miroir, et chacun peut se reconnaître en chacun d’eux. Loin des débats d’experts, chacun de ces protagonistes a refusé d’endosser le rôle de victime. Au contraire, tous ont choisi de résister. Tous prennent des initiatives

Touareg du XXIeme siècle La musique, les images sont belles, ce qui n’est pas désagréable !!  mais surtout, ce documentaire fait une bonne place aux témoignages des hommes et femmes du pays, qui expliquent comment ils vivent et s’organisent étant donné ces changement indéniables, place aussi aux responsables des associations locales qui agissent au quotidien. Ceci n’est pas sans rappeler la réflexion menée par Issouf ag Maha dans son livre: Touareg du XXIeme siècle.

 

Mines d’uranium : France et Niger même combat

Jeudi 12 février 2009

Ou pour etre plus juste : Mines du Niger = 139 fois ce que vous avez vu ce soir concernant les mines françaises d’uranium.

mines uranium niger radioactivite photo criirad
(photos criirad 2003 au Niger)

Ce soir, dans la guerre de la communication, on a enfin entendu les petits poucets ! Merci France 3, pour cette émission Pièce à conviction qui révèle au grand public français ce que des petits poucets d’associations, parlementaires, et meme ministres … essaient de crier plus ou moins fort avec leurs moyens et leurs convictions.

Uranium : le scandale de la France contaminée France 3 Pièces à conviction le 11 février 2009

Maintenant que vous avez vu et compris ce qui s’est passé en France, sachez que les mines françaises ce n’est rien par rapport aux besoins et aux  ambitions multi nationales d’AREVA. Areva est le 2eme producteur d’uranium au niveau mondial. La majorité de sa production provient du Niger où le groupe est installé depuis 40 ans.  Et oui notre electricité quotidienne provient pour la plus grande partie des ressources du sous sol du pays le plus pauvre du monde (avant dernier pays cette année après une grande gymnastique du gouvernement nigérien pour prouver qu’ils faisaient du bon boulot et menaient le pays sur la voie du développement).

Niger compteur radioactivitéAu Niger , un des petits poucets s’appelle Al Moustapha Alacen, président de l’ONG Agherin’man (bouclier de l’âme). Vous le voyez lui aussi avec son petit compteur, il réclame comme en France une étude par une société indépendante. Le Criirad et l’association Sherpa ont constitué des dossiers édifiants : à lire ici

et d’autres petits poucets s’appellent Issouf Ag Maha, Aghali Mahyia, Tchinaghen …
voir le dossier constitué par l’association Tchinaghen www.tchinaghen.org

L’actualité au Niger s’accélère : AREVA est toute fière d’annoncer la signature du contrat du siècle et la réalisation d’un des plus grand projets minier du 21ème siècle sur le site d’Imouraren. Voici un document qui a été retiré du site de la chambre de commerce et d’industrie du Niger et qui s’appelait « bulletin n00 du projet Imourarem »
Mines d'uranium : France et Niger même combat dans Environnement doc Présentation du projet Imouraren sur le site de la chambre de commerce et d’industrie du niger

On peut y lire entre autre : « Imouraren : Le plus grand projet industriel jamais proposé au Niger dans le secteur minier avec des engins les plus modernes au monde.
Exploitation en mine à ciel ouvert où il est prévu 3,5 milliards de tonnes de matériaux à extraire dont environ 240 millions de tonnes de minerai. Traitement dynamique : concassage, broyage, attaque chimique, extraction, précipitation, séchage et calcination ; procédé utilisé par Somaïr et Cominak. Mais aussi lixiviation en tas : absence d’étape de broyage, mise en solution de l’uranium en arrosant des tas de minerai avec de l’acide. «  
Maintenant que vous savez pour la France, lisez entre les lignes de ce superbe projet de développement durable. Adhérez à la criirad, à Sortir du Nucléraire, à Tchinaghen, soutenez l’association Agherin’man, réclamez de sortir du nucléaire en France et dans le monde, et de réparer ce qui peut l’etre ou du moins isoler les lieux contaminés et dédommager les populations concernées.

Cyclo Nord-Sud : Des vélos solidaires

Mercredi 23 juillet 2008

Au quebec : Une histoire de vélos, sans dopage, ni caravane publicitaire. Cela vous donnes des idées ?

Cyclo Nord Sud logo

Cyclo Nord-Sud est une association quebecoise : Cyclo Nord-Sud recueille des vélos (pièces, outils et accessoires) inutilisés au Québec, pour les expédier aux communautés démunies des pays du Sud, où ils servent de moyen de transport et de gagne-pain, pour lutter contre la pauvreté. 
Cyclo Nord-Sud oeuvre à la promotion du développement durable visant le respect de la biosphère et des personnes qui l’habitent. Notre action et le message qui l’accompagne, se situent dans une perspective intégrant une plus grande justice sociale, les échanges équitables, la promotion des femmes, la solidarité internationale, la mobilité non-motorisée et le réemploi des matières résiduelles.

L’association travaille avec des partenaires au Sud qui sont choisis selon plusieurs critères: l’affinité constatée quant à la mission, l’enthousiasme pour la promotion des transports non-motorisés, la vie démocratique, la place qu’y occupent les femmes, la transparence administrative et les projets « parallèles » particuliers. Cyclo nord sud dessin
Les partenaires Sud gèrent eux-mêmes leur projet-vélo. Après réception des vélos et des pièces et accessoires, ils les vendent à prix accessible (pour couvrir leurs frais d’opération) aux démuniEs, redistribuant les surplus éventuels que génère le projet-vélo sous forme de services à la communauté : alphabétisation, formation sanitaire, apprentissage de petits métiers, reforestation, etc.

Cyclo Nord-Sud consacre une page de son site à ses homologues dans le monde  et en particulier :
« Parmi les groupes recueillant des vélos usagés pour les expédier dans des pays du Sud, l’expérience la plus ancienne est celle de Bikes Not Bombs (BNB), fondée à Boston en 1985, en réaction à la présence militaire des États-Unis au Nicaragua. Le groupe a recueilli des milliers de vélos qui se sont révélés très utiles, notamment auprès des handicapés de guerre nicaraguayens. Le groupe expédie environ 2000 vélos annuellement en Amérique Latine. Il se double d’activités de réinsertion, telles «Earn-a-Bike» et «Girls Initiative», pour les jeunes défavorisés de Boston.

Le groupe Pedals For Progress (PfP), basé au New Jersey, aux États-Unis, remporte la palme en termes de volume de vélos transités. Née en 1991, l’initiative PfP est l’oeuvre de David Schweidenback qui, alors qu’il était volontaire pour le National Peace Corps américain à Sucua en Équateur, a constaté que son hôte, un menuisier, atteignait un niveau de vie décent, ce qui était rare dans le village, essentiellement parce qu’il était propriétaire d’un vélo qui lui permettait d’atteindre un plus grand bassin de clientèle. Revenu aux États-Unis, Dave commença à rassembler des vélos usagés pour les expédier en Équateur. Depuis 15 ans, son organisation a recueilli plus de 100,000 vélos et des millions de dollars en pièces usagées, pour les expédier dans 28 pays du Sud. »

Cela vous donne des idées ?!

La légende du Didgeridoo : lorsque le Vivant l’emporte sur les géants

Vendredi 18 juillet 2008

22 mai 2008 Angers pour un futur sans nucléaire
didgeridoo markus marcheur pour la paix pour un futur sans nucleaireLe 16 juillet 1945 explosait la 1ère bombe nucléaire dans le Désert du Nouveau Mexique. voir ici
Le 18 juillet 2008, les marcheurs de la Paix pour un futur sans nucléaire arrivent à Genève après 86 jours et 1500 km depuis leur départ de Londres.
Le 22 mai, ils faisaient étape à Angers pour une journée de repos et une soirée de conférence : Conséquences de l’extraction de l’uranium sur l’environnement et les populations autochtones avec les exemples du Niger et de l’Australie.

La conclusion fut belle, comme un message d’espoir et un appel à la résistance. Nous la tenons de Marcus, australien, marcheur de l’association Footprints for Peace et allons essayer de vous la raconter ici.

La légende du Didgeridoo :
Il y a trés longtemps, vivaient des géants qui semaient la terreur et détruisaient tout sur leur passage.
Un jour, les êtres du Vivant se réunirent et décidèrent d’unir leurs forces pour se libérer des géants. Le combat fut acharné mais l’un après l’autre les géants furent éliminés et leurs corps enterrés profondément. La paix put enfin régner sur la Terre.
Pour célébrer la victoire du Vivant, l’arbre, représentant le Végétal, donna une de ses plus belles branches; les termites, représentant l’Animal, creusèrent la branche; l’Homme, lui, apporta son souffle. Alors, le didgeridoo émit un son qui atteint les étoiles. Depuis, le chant du Didgeridoo est là pour nous rappeler cette époque où le Vivant l’emporta sur les géants mais aussi pour nous exorter à la vigilance. Les aborigènes d’Australie ont reçu, de leurs aïeux, la connaissance des lieux où ont été enterrés les géants. Tout porte à croire qu’il s’agit aujourd’hui des gisements d’uranium. Alors prenons garde de ne pas réveiller les géants et écoutons le didgeridoo.

Image de prévisualisation YouTube

Sortir du nucléaire :tous solidaires dans une lutte mondiale

Mercredi 16 juillet 2008

7000 manifestants à Paris le 12 juillet 2008

Les intervenants : France, Autriche, Allemagne, Turquie, USA, Niger, Autralie, Suisse, … étaient tous présents pour un même message : une seule planète, un seul monde possible : sans nucléaire.

http://www.dailymotion.com/video/x63xjw

Nucléaire: Les victimes des essais nucléaires: ni suivi médical, ni indemnisation. Création d’un comité de soutien.

Vendredi 11 juillet 2008

Appel du mouvement de la paix :
Le Mouvement de la paix fait partie des organisations et des  personnalités diverses qui ont constitué le comité de soutien Vérité  et Justice pour indemniser les victimes des 210 essais nucléaires ( dont 50 en atmosphère) réalisés par la France de 1960 à 1996 au Sahara Algérien et en Polynésie Française. ( Soit une puissance de 800 bombes d’Hiroshima !)

Les membres du comité qui appartiennent à des courants de pensée larges et diversifiés vous appellent à soutenir leur pétition à titre individuel.Nucléaire: Les victimes des essais nucléaires: ni suivi médical, ni indemnisation. Création d'un comité de soutien. dans Droits humains pdf indemnisation des victimes des essais nucleaires petition 
Un renvoi par mail précisant votre nom, qualité et adresse vaut signature.
 Si le texte vous convient merci de transmettre à vos relations. Les pétitions seront portées au Premier Ministre, le 18 octobre , après une réunion témoignage à L’Assemblée Nationale à laquelle la presse est conviée.
 A NOTER: Des parlementaires de tous les groupes politiques ont décidé  le 3 juin 2008, lors de la réunion constitutive du comité de soutien au Sénat, de créer un groupe de travail parlementaire pour élaborer ensemble une proposition de loi commune. Le fait est assez rare pour  en souligner l’importance et ceci afin d’aboutir au vote d’une loi de reconnaissance et d’indemnisation. Le comité du Mouvement de la paix d’Angers : 22 rue du Maine 49100 Angers, Tel 02 41 76 22 88 www.mvtpaix.org
Le site de l’Association des Vétérans des Essais Nucléaires : www.aven.org

Niger : la guerre de l’uranium , sujet de l’émission C dans l’air France 5

Mardi 24 juin 2008

Mardi 24 juin 2008 , le sujet de l’émission C dans l’air de France 5 était aujourd’hui : et maintenant , la guerre de l’uranium

Invités : Roland Desbordes, président de la CRIIRAD, Vincent Hugueux, grand reporter Monde à l’Express,
Jacques Percebois, économiste et Bruno Tertais, maitre de recherche à la fondation pour la recherche stratégique.

Voir l’émission sur le site C dans l’air

 

 

123