3 mai 18h00 Sit-in pour alerter sur la crise du droit d’asile en France

La Coordination Migrants 49 relaie la proposition d’action de la Coordination Française pour le Droit d’Asile (CFDA), pour alerter nos concitoyens sur la crise du droit d’asile en France, et interpeller l’Etat quant à ses responsabilités à l’égard des demandeurs d’asile.
Elle appelle à un

SIT-IN de PROTESTATION
le lundi 3 mai à 18h,
au carrefour des rues St Aubin et St Martin
à Angers ( près de la préfecture).

La Coordination Migrants 49 regroupe les associations angevines suivantes : APTIRA- Bon Pasteur- Emmaüs- LDH- Pastorale des migrants- REDA- Restos du cœur- Saint Vincent de Paul- Secours Catholique- Une Famille un Toit. Elle est membre de la CFDA. L’accueil des demandeurs d’asile vit une situation de grave crise

* La régionalisation de l’admission au séjour aggrave les conditions d’accueil et précarise la vie des demandeurs d’asile. Le dispositif n’assure pas la répartition en région mais concentre les demandeurs sur les villes qui disposent d’un lieu d’accueil de leurs démarches, en Pays de Loire : Nantes et Angers

* En France, plus de 15.000 personnes sont en attente d’une entrée dans un Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA).* Pour ceux qui ne sont pas hébergés en CADA, l’Allocation Temporaire d’Attente (environ 320€/mois) ne permet pas d’assurer une vie décente (logement, alimentation, frais administratifs et de déplacements occasionnés par les procédures…)

* Les procédures des catégories « prioritaires » sont traitées en accéléré et privent les demandeurs des conditions matérielles d’accueil : ils n’ont pas accès à l’hébergement CADA et se voient privés de l’Allocation Temporaire d’Attente.
Cette situation est contraire aux obligations de la France, signataire des accords de Genève, et fait l’objet de condamnations par les juridictions administratives. Elle aggrave la crise des mal logés, créant en bien des lieux une concurrence malsaine entre exclus.

Les associations rappellent les revendications de la CFDA :

* L’autonomie des demandeurs d’asile durant le temps de procédure doit être assurée par le droit au travail, l’accès à la formation professionnelle et à l’apprentissage de la langue française.
* Les aides financières doivent être versées dès la première démarche de demande d’asile et, durant toute la durée de la procédure, être d’un niveau permettant une vie digne (au moins équivalentes au RSA) et prendre en compte la composition familiale.
* Les demandeurs d’asile doivent avoir le choix entre hébergement individuel ou collectif en CADA. Pour que ce choix soit possible il est nécessaire de créer de nouvelles places en CADA afin d’assurer le logement et l’accompagnement des personnes dans leurs démarches.

LA « COORDINATION MIGRANTS 49 »
Membre de la CFDA (Coordination Française pour le Droit d’Asile)
(APTIRA- Bon Pasteur- Emmaüs- LDH- Pastorale des migrants- REDA- Restos du cœur- Saint Vincent de Paul- Secours catholique- Une Famille un Toit)

Laisser un commentaire