Actualités de Calais

Communiqué de Presse du 17 mars du Collectif Calais Migrant Solidarity
LA POLICE EVACUE LES ALENTOURS DU BCMO DE CALAIS

Aujourd’hui, 17 mars 2010 aux alentours de 13h30, alors que les migrants étaient à la distribution alimentaire, 40 policiers de la Police Nationale et la Police Aux Frontières ont emporté les possessions des migrants. La police et les travailleurs de la mairie en combinaison blanche ont aspergéde produits chimiques et pris les matelas, couvertures et tentes que les migrants utilisaient chaque nuit depuis que l’accès a l’abri (le BCMO) leur était interdit.
Le jeudi 11 Mars le BCMO, un abri ouvert la nuit où de nombreux migrants ont dormi pendant l’hiver, était fermé. Depuis lors, beaucoup d’entre eux, principalement pashto, ont campé et dormi a l’extérieur du bâtiment. Ce mardi 17 mars, comme beaucoup le craignaient, la police a emporté toutesles affaires présentes sur les lieux pendant que les migrants étaient à la distribution de nourriture organisée régulièrement non loin de là.

Lundi 16 mars au soir, environ 50 personnes, qui dormaient a l’extérieur du BCMO depuis sa fermeture, ont décidé de commencer à protester. Ils voulaient atteindre l’opinion publique en organisant une manifestation et une grève de la faim. Le lendemain matin, alors qu’ils étaient réunis pourpréparer des banderoles, la police a procédé à l’arrestation arbitraire de deux kurdes sur le pont à côté du BCMO. A partir de ce moment là, la présence policière sur les lieux n’a fait que s’intensifier.

Tout d’abord, la police a arrêté de manière très sélective une seule et unique personne du groupe de migrants, puis tous les militants ‘No Border’ ont été fouillés. Par la suite, les CRS ont arrêté une vingtaine de personne de manière complètement arbitraire et au hasard. Un militant ‘NoBorder’ a clairement entendu plusieurs CRS discuter et dire : « encore combien ? » « allez, encore 2 ou 3 ! ». Certaines personnes ont décidé de continuer la grève de la faim et de ne pas aller a la distribution de nourriture. Dans l’après midi, des travailleurs du port ont érigé unebarrière temporaire pour séparer en deux l’espace ou les migrants dorment habituellement.

Peu après, une dizaine de militants No Border sont allés a l’hotel de police et au centre de rétention de Coquelles, aux alentours de Calais,pour protester contre les arrestations et en solidarité avec les migrants détenus. Mais cette démonstration était une nouvelle fois interrompue par une police particulièrement agressive, qui a réquisitionné les banderoles, contrôlé les identités de tous les participants et les ont suivi dans leurvéhicule pendant plusieurs heures.

Laisser un commentaire