• Accueil
  • > Afrique
  • > Le destin confisqué d’Issouf Maha – Préface Pierre Rabhi

Le destin confisqué d’Issouf Maha – Préface Pierre Rabhi

 Vient de paraitre : le deuxième livre d’Issouf Maha.
Après « Touareg du XXIe siècle », « Le destin confisqué » est un témoignage saisissant, le cri du cœur d’un homme attaché à son pays, à sa culture et à la liberté. Edité par l’association Tchinaghen

le destin confisqué Issouf MahaLa guerre bat son plein sur toute la partie septentrionale du Niger avec son cortège de deuil, de haine et de désolation. Le gouvernement nigérien tente vainement de discréditer la rébellion du MNJ en qualifiant le phénomène de banditisme bénin ; pourtant les accrochages se multiplient dans l’Aïr et l’armée se venge sur les civiles qui sont massacrés en toute impunité. La classe politique et la presse indépendante prises en otage par un régime qui s’endurcit chaque jour davantage  observent un silence de démission.
Issouf Ag MAHA nous plonge à travers les péripéties d’un peuple souvent incompris, dans les méandres d’une rébellion touarègue oubliée des medias et de l’opinion internationale.
Par cet acte, il tente de comprendre pourquoi les siens se sont vus contraints de prendre les armes pour se faire entendre face à la politique oppressive des pays qui les hébergent. Il nous décrit comment ce peuple, malmené par un Etat censé le protéger et stimulé par la course effrénée  à l’énergie nucléaire, assiste sans recours à la confiscation de son territoire et de son destin.
Extraits de la Préface de Pierre Rabhi :

[...] Par l’unité et l’indivisibilité de la réalité planétaire, tout événement bon ou mauvais qui advient sur notre sphère de vie commune concerne irrévocablement chacune et chacun de ses habitants. Ainsi la tragédie décrite avec son regard, sa raison et ses émotions par Issouf Ag Maha  concerne au premier chef une terre et un peuple particulier, mais ne peut être circonscrite à ce seul peuple.  [...] Il incombe en un temps où l’humanité est plus que jamais le plus grand danger pour elle-même que chaque conscience s’insurge et agisse pour qu’en tous lieux, la vie sous toutes ses formes et expressions, ainsi que tous les peuples, soient respectés. Car la souffrance de chaque peuple est souffrance de l’humanité toute entière. Prendre conscience de cette évidence est un témoignage de lucidité et d’intelligence pour éclaire l’avenir commun. Merci à mon ami Issouf A Maha pour son éclairage et son engagement déterminé.

Complément d’info en réponse à plusieurs demandes : si vous souhaitez vous procurer le livre d’Issouf sur Angers, vous pouvez contacter Valerie  (Disponible également le 1er livre : Touareg du XXIème siècle.)

A lire également : l’appel d’urgence de l’association Tchinaghen : http://collectif-tchinaghen.over-blog.com/article-24261757.html

4 Réponses à “Le destin confisqué d’Issouf Maha – Préface Pierre Rabhi”

  1. Association Tchinaghen dit :

    Appel à la solidarité pour les familles réfugiées dans le sud algérien.
    Depuis le déclenchement du conflit au Nord-Niger en février 2007, de nombreuses familles touareg nigériennes ont fui leurs territoires d’attache pour se réfugier notamment dans le grand Sud algérien.
    Certaines se sont installées à la frontière, à In Guezzam, d’autres ont rejoint la ville de Tamanrasset. Nos correspondants locaux nous informent aujourd’hui que d’autres familles encore prennent le même chemin.

    Au 11 septembre dernier, 1687 familles réfugiées étaient recensées entre In Guezzam et Tamanrasset. Ce recensement inclut 2743 femmes et 4190 enfants (2278 filles et 1912 garçons) originaires de villes et de campements divers de la région d’Agadez (Agades, Arlit, Tchirozerine, Iferouane,Tin Teloust, Gougaram, Eroug, Tezirzait, Tadak, Tidene, Agharous, Tiguida Intagayt, Injitane, Inabagharit, Sikerat, Tiguidit, Dabaga, Egandawel…)

    Certains d’entre eux tentent de s’abriter sous des tentes de fortune, d’autres partagent des logements en location. Ces réfugiés sont sans ressources et ne bénéficient d’aucune aide humanitaire. Aussi tentent-ils de survivre grâce à la solidarité des Nigériens habitant déjà sur place et le revenu de petits travaux.
    Ils sollicitent notre aide pour favoriser leur accès au logement, ou aux abris par l’achat de bâches pour ceux qui n’ont pas de toit, à l’alimentation, et même à l’eau qui n’est pas gratuite, ainsi qu’au gaz pour cuisiner, l’utilisation du bois étant interdite. A cela s’ajoute, l’accès aux soins et les frais de scolarisation des enfants.

    Nous avons besoin de vous pour soutenir ces familles réfugiées. Grâce à votre aide et à la confiance que nous accordons aux correspondants locaux, nous pourrons soulager les familles les plus démunies et contribuer à améliorer leurs conditions de vie pendant la durée du conflit. Merci d’avance pour vos initiatives et votre générosité.

    A titre indicatif, voici les prix des produits de base dont ils ont actuellement le plus besoin :
    - sac de riz de 50 kg = 50 euros
    - sac de semoule de 25 kg = 30 euros
    - pâtes alimentaires le carton de 10kg =12 euros
    - la bouteille de gaz = 15 euros
    - le carton de 25 savons = 9 euros
    - l’eau en fût de 200 litres = 5 euros

    Pour faire un don, envoyez un chèque à l’ordre de Tchinaghen
    Tchinaghen – Boîte n°26 – 3 passage Rauch, 75011 Paris
    http://collectif-tchinaghen.over-blog.com/

  2. thérèse dit :

    comment peut-on se procurer le livre d’Issouf?

  3. Jean dit :

    Bonjour ISSOUF: j’ai eu très ému lorsque j’ai vu ton visage dans O-France du 7 janvier Au moment des festivités du 1mai à TCHIRO, j’ai eu la chance et l’honneur de te rencontre. [personnel ...]. Nous avons bu le thé ou l’eau fraîche ensemble .[personnel ...] Je vais vous apporter une aide bientôt . ISSOUF répond moi si tu peux . Jean
    Note d’Itineraire Sud : nous avons bien transmis votre message à Issouf Maha, auteur du livre le Destin confisqué et président de l’association http://www.tchinaghen.org Merci de votre aide

  4. radouane dit :

    bonjour isouf ce ton neveu ,je viens de voir votre second livre,sachez qu’entant que filston j’en sui tres fier.et je prie au bon dieu qu’il nous ramene la paix,l’egalite et la justice dans notre pays et surtout au nord.tout mes sinceres salutations a vous et a tchinaghen.

Laisser un commentaire