Thomas Sankara l’homme intègre

« Le 15 octobre 1987, les tueurs abattirent un homme qui, pour des millions d’hommes, incarnait l’espoir d’une vie plus digne, plus juste, plus libre. Thomas Sankara, président du Burkina Faso, est mort assassiné par des militaires autochtones, téléguidés par l’étranger ». Jean Ziegler, la victoire des vaincus. Oppression et résistance culturelle. Le Seuil ,  1988.

Un front uni contre la dette Thomas Sankara au sommet d’Addis Abéba : Extrait du Discours sur la dette des pays africains. C’était le 29 juillet 1987. 21 ans plus tard …une lecture toujours utile :
« Nous estimons que la dette s’analyse d’abord de par son origine. Les origines de la dette remontent aux origines du colonialisme. Ceux qui se sont transformés en  » assistants techniques « . En fait, nous devrions dire en assassins techniques. Et ce sont eux qui nous ont proposé des sources de financement, des  » bailleurs de fonds « . Un terme que l’on emploie chaque jour comme s’il y avait des hommes dont le « bâillement » suffirait à créer le développement chez d’autres.

Ces bailleurs de fonds nous ont été conseillés, recommandés. On nous a présenté des dossiers et des montages financiers alléchants. Nous nous sommes endettés pour cinquante ans, soixante ans et même plus. C’est-à-dire que l’on nous a amenés à compromettre nos peuples pendant cinquante ans et plus.

La dette sous sa forme actuelle, est une reconquête savamment organisée de l’Afrique, pour que sa croissance et son développement obéissent à des paliers, à des normes qui nous sont totalement étrangers. Faisant en sorte que chacun de nous devienne l’esclave financier, c’est-à-dire l’esclave tout court, de ceux qui ont eu l’opportunité, la ruse, la fourberie de placer des fonds chez nous avec l’obligation de rembourser. On nous dit de rembourser la dette. Ce n’est pas une question morale. Ce n’est point une question de ce prétendu honneur que de rembourser ou de ne pas rembourser.

Monsieur le président : Nous avons écouté et applaudi le premier ministre de Norvège lorsqu’elle est intervenue ici même. Elle a dit, elle qui est européenne, que toute la dette ne peut pas être remboursée. Je voudrais simplement la compléter et dire que la dette ne peut pas être remboursée. La dette ne peut pas être remboursée parce que d’abord si nous ne payons pas, nos bailleurs de fonds ne mourront pas. Soyons-en surs. Par contre si nous payons, c’est nous qui allons mourir. Soyons-en surs également. Ceux qui nous ont conduits à l’endettement ont joué comme au casino. Tant qu’ils gagnaient, il n’y avait point de débat. Maintenant qu’ils perdent au jeu, ils nous exigent le remboursement. Et on parle de crise. Non, Monsieur le président, ils ont joué, ils ont perdu, c’est la règle du jeu. Et la vie continue.[Applaudissements] Nous ne pouvons pas rembourser la dette parce que nous n’avons pas de quoi payer. Nous ne pouvons pas rembourser la dette parce que nous ne sommes pas responsables de la dette. » lire le texte complet

Infos issues du site dédié à Thomas Sankara http://www.thomassankara.net/ qui comporte de trés nombreuses informations pour s’informer, échanger, débattre, agir autour de la mémoire de Thomas Sankara

La politique de Thomas  Sankara :  

  • S’affranchir de la tutelle de la France : « comment sortir d’une misère asservissante ».
  • Lutter contre la corruption des dirigeants.

Thomas Sankara devient (et reste) un véritable héros auprès de la population et surtout des jeunes. A l’arrivée au pouvoir de ce Président des pauvres, le pays connaît de nombreux changements :

  • Le changement de nom du pays, La Haute-Volta devient Burkina Faso (Pays des hommes intègres).
  • Une diminution du train de vie des dirigeants : Sankara roule en Renault 5.
  • Thomas Sankara mise sur l’éducation et la santé (espérance de vie alors de 40 ans),.
  • la population est enthousiaste et elle s’accommode des efforts demandés (sauf pour la diminution du nombre des fonctionnaires).
  • Il encourage la consommation des produits locaux.
  • La lutte contre la corruption par des procès retransmis à la radio. Aucune peine de mort n’est demandée.
  • La campagne massive de vaccination des Burkinabé qui fera chuter le taux de mortalité infantile alors le plus haut d’Afrique.
  • La construction considérable d’écoles et d’hôpitaux,
  • Campagne de reboisement : plantation de millions d’arbres pour faire reculer le Sahel.
  • Une grande réforme agraire de redistribution des terres aux paysans, augmentation des prix et suppression des impôts agricoles.
  • De grandes mesures de libération de la femme (interdiction de l’excision, réglementation de la polygamie, participation à la vie politique, etc.).
  • Mettre en place des aides au logement (baisse des loyers, grandes constructions de logement pour tous).
  • et tant d’autres…

2 Réponses à “Thomas Sankara l’homme intègre”

  1. sankara dit :

    je me nomme sankara adama je travail dans le domaine de transport .
    je suis au burkina faso ou j’ai entrepris de realiser un projet de creation d’une école marternel pour aidé les enfants de 0 à 6ans .
    je suis donc a la recherche de partenaires de sireux d’investirent en afrique et en particulier au burkina faso Ces differents partenaires pouront donc se deplacer et venir eux meme voir le travail effectué et ainsi rencontrer les structures permettant d’assoirent une entreprise dans la legalité. En ce moment il ya une veritable politique de creation d’entreprise avec des exonorations et des facilités d’installations
    je ne finirai pas sans dire que le domaine des SAEM ( Sankara adama ‘ecole marternel) est porteur et cela dans tous le monde entier evidement le burkina faso n’est pas en reste d’autant plus que c’est l’école de l’afrique de l’ouest avec de la masse monetaire et le bib le plus fort
    a notre succes
    NB:je demande a tout ceux qui recois ce message de ‘l’envoiyé à plusière fois a cex contacts.
    voeux de santé et de prosperité a tous
    sankara
    sankadama2007@yahoo.fr
    africa_100kara@yahoo.fr
    tel 00226 70148644

  2. AGBODEDJI Prince dit :

    je souhaiterais t’assister dans ton aventure humanitaire

Laisser un commentaire